INFORMATIONS PRATIQUES MAROC

Superficie
710 500 km²

Langue
La langue de l'éducation, de l'administration et des médias est l'arabe classique ; celle de tous les jours, l'arabe dialectal et le berbère parlé principalement dans le Rif, les Atlas et le Souss. La plupart des Marocains parlent le français mais aussi l'espagnol et l'anglais.

Population
Le Maroc compte 32,3 millions d'habitants.

Capitale
Rabat : 34°02′ Nord 6°51′ Ouest

Monnaie
Dirham marocain (MAD)

Religion
L'islam sunnite est la religion officielle. Les chrétiens et les juifs sont minoritaires.

Décalage horaire
GMT. Soit une heure de moins qu'en France

Climat
Sur le littoral, le climat méditerranéen procure des températures agréables sous un léger vent côtier. Plus l'on gagne les terres, plus le climat devient aride, avec des pics de chaleur dans le massif de l'Atlas. Si le climat est doux sur la façade atlantique, le reste du pays joue de contrastes entre des étés plutôt chauds et des hivers inversement froids.
Préférez donc visiter les cités marocaines et l'Atlas entre juin et août. Pour les plages, vous pourrez partir dans la même période et même prolonger le plaisir jusqu'en octobre.

Cuisine
Couscous
On le cuisine à toutes les sauces, pas toujours en accord avec les traditions marocaines. Ce plat fait de semoule de blé fine, de légumes frais grossièrement coupés et d'une bonne dose de pois chiches est souvent consommé avec les mains lors des réunions familiales.

Méchoui
Ce terme d'origine marocaine s'est brillamment fait une place dans le patrimoine culturel français, même si chacun tend à l'utiliser à sa sauce. En effet, rien à voir avec un barbecue classique : le méchoui tel que l'entendent les Marocains est un mouton ou un agneau. Il est cuit entier sur un tourne-broche, à la chaleur des braises. Servi à température ambiante ou tout juste dégagé de la broche.

Tajines
Une fois n'est pas coutume, les cuisiniers donnent du fil à retordre aux artisans, qui leur confectionnent ces plats en terre cuite que l'on appelle tajines. C'est cet objet qui permet de travailler la volaille ou le poisson pour en faire un excellent ragoût accompagné de légumes ou de fruits, comme l'on incorporerait des raisins à un couscous. Au pluriel, les tajines, car il en existe des dizaines de sortes.

Thé à la menthe
La nouvelle génération aurait tendance à croire que le thé pousse en sachets et qu'il provient des supermarchés. Les Marocains mettent un point d'honneur à préparer ce breuvage consommé tiède selon des traditions millénaires. La théière, les petits verres identiques, les figues fraîches qui accompagnent ce moment de plaisir : tout est fait pour rapprocher celles et ceux qui ont la chance de savourer un thé à la menthe sous le soleil.

Cornes de gazelle
La gazelle, cette espèce protégée qui gambade en plein cœur du massif de l'Atlas, n'a rien à voir avec la pâtisserie ci-représentée. La similitude des cornes s'établit plutôt au niveau de la traduction littérale du terme marocain. L'équivalent de nos chaussons à la pâte brisée (il s'agit ici de pâte sablée) est souvent servi à l'heure du thé, apportant une note savoureuse à base d'amande et de fleur d'oranger.

Harira
Lorsqu'il est l'heure de la soupe, les traditions renaissent d'elles-mêmes à travers ce potage aux légumes secs et aux oignons. On trouve souvent de la viande dans l'Harira, ce qui en fait un plat accueilli avec joie par les musulmans quand le ramadan prend fin. Quant à la recette, elle est d'une simplicité déconcertante : tout est cuit dans l'eau, d'une traite.